L’anthologie de la pensée noire des Amériques (Etats-Unis-Haïti), XVIIIè-XIXè siècles sera publiée en 2022. L’équipe éditoriale est composée de Marie-Jeanne, Rossignol, Michael Roy, Marlène L. Daut et Michaël Roy.

Voici toute l’équipe des traducteurs et traductrices qui ont aussi rédigé introductions et notes.

Claire Bourhis-Mariotti est maître de conférences en histoire et civilisation des États-Unis et co-directrice de l’unité de recherche TransCrit à l’Université Paris 8. Elle est plus particulièrement dix-neuvièmiste, spécialiste d’histoire africaine américaine, et s’intéresse notamment au mouvement des Conventions de gens de couleur antebellum, ainsi qu’au nationalisme et à l’internationalisme noirs. Son dernier ouvrage, Isaac Mason, une vie d’esclave, publié en 2021, est la traduction et l’édition scientifique d’un récit d’esclave publié en 1893 à Worcester, Mass.

Mélanie Cournil est MCF en civilisation britannique à Sorbonne Université et spécialiste de l’Empire britannique aux xviiie et xixe siècles. Sa thèse, qui a donné lieu à plusieurs articles de recherche, portait sur l’implication des Écossais dans le système esclavagiste de la Caraïbe et dans les campagnes abolitionnistes du xixe siècle. Elle se concentre aujourd’hui sur l’histoire des Glasgow Botanic Gardens et sur l’étude des réseaux impériaux de son directeur le plus emblématique, le botaniste William Jackson Hooker.

Cécile Coquet-Mokoko est professeure en civilisation américaine à l’Université de Versailles-Saint Quentin. Spécialisée dans l’étude des relations raciales, des religions et des relations de genre aux États-Unis entre le xixe et le xxie siècle, elle a enseigné ces sujets à l’université en Alabama et en France. Elle a publié en mai 2020 un ouvrage sociologique comparatif sur les couples noirs-blancs dans le Sud profond et en France Love Under the Skin : Interracial Couples in the American South and France.

Michel Imbert est maître de conférences à l’Université de Paris, a consacré plusieurs articles à la question de l’esclavage dans « Benito Cereno » d’Herman Melville, « Resistance to Civil Government » de Thoreau, « Pudd’nhead Wilson and Those Extraordinary Twins » de Mark Twain ainsi qu’à la double conscience et  à l’image du voile chez Du Bois. Il s’est aussi intéressé à l’empreinte de l’œuvre de Frederick Douglass sur celle de Hawthorne, de Whitman et d’Emily Dickinson.

Marlene L. Daut est l’auteure de Baron de Vastey and the Origins of Black Atlantic Humanism (2017) et Tropics of Haiti: Race and the Literary History of the Haitian Revolution in the Atlantic World, 1789–1865 (2015). Elle est également co-éditrice du volume, Haitian Revolutionary Fictions: An Anthology (2022). Son prochain livre est une histoire intellectuelle d’Haïti intitulée Awakening the Ashes, qui est sous contrat avec l’University of North Carolina Press.

Rahma Jerad est maître-assistante en civilisation américaine à l’Institut Supérieur des Langues de Tunis, Université de Carthage, Tunisie. Elle fait également partie du LARCA, Université de Paris. Elle a notamment publié en 2014 Les États-Unis et Cuba au xixe siècle. Esclavage, abolition et rivalités internationales et « John Hope Franklin, l’histoire africaine-américaine de la marge au centre » dans l’anthologie Écrire l’histoire depuis les marges : une anthologie d’historiens africains-américains, 1855-1965 (2018).


Publié par

isamarchand

Chargée de communication du Larca - Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones / CNRS - UMR 8225 Université de Paris

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search